AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez |   
 

 Histoire de la Guilde Lianhua !

 Aller en bas 
Auteur
Message
Nibelheim
Maître Conseiller
avatar

Masculin Coq
Messages : 1439
Date d'inscription : 05/09/2011
Age : 24
Localisation : Paris

Feuille de personnage
Pseudo: Ziran
Ecole Principale: Nomade
Professions - Fabrication: Cuisinier

Sam 17 Sep 2011 - 22:35

I Au commencement...

Ça faisait maintenant cinq jours que Shuilian n'avait pas mangé à sa faim. Le village ne ressemblait plus à celui de son enfance. Les animaux des fermes voisines gisaient à moitié mourants sur le sol. Les villageois se plaignaient, certains blessés et d'autre affamés. Les verts pâturages n'étaient plus, il ne restait que de l'herbe sèche et des buissons fumants.
Depuis peu un groupe de bandits bien préparés avait créé un blocus tout autour du village, empêchant ainsi l'arrivée d'aides éventuelles ainsi que celle de l'approvisionnement en eau qui commençait à se faire sentir.
Puis ce qui devait arriver arriva. Une nuit lorsque tout le village avait réussi à s'endormir, on entendit des cris barbares venir de la colline. C'était les bandits qui torturaient le village, qui descendaient en poussant des hurlements. Il était probable que le village ne leur servait plus à rien, qu'il ne leur suffisait plus et qu'ils avaient décidé de mettre fin à leurs vies.
Shuilian n'a que de vagues souvenirs de cette nuit-là. Sa maison en feu, ses voisins calcinés, les prières de certains, les cris pathétiques des autres. Il réussit à s'enfuir de cette boucherie barbare. Mille fois il aurait dû être tué, mais dans cette barbarie la vie et la mort dépendaient d'un mystérieux tirage au sort. Du haut de la colline le jeune Shuilian tenta de se rappeler le village de son enfance à travers celui qui agonisait devant lui, réduit à feu et à sang.

II Une rencontre...

Shuilian avait réussi à atteindre Bao Xi, la ville portuaire. Il cherchait un endroit où dormir quand, en passant devant un étal, il entendit un homme se disputer avec un marchand de poissons. Rien de bien étonnant jusque là, ils se disputaient au sujet des prix trop élevés, du manque à gagner, de la qualité des marchandises. La routine.
Et c'est à ce moment-là qu'un homme, sorti de nulle part, s'interposa entre l'homme et le marchand de poissons. Il leur lança un regard qui en disait long sur son caractère. Les deux hommes s'excusèrent puis retournèrent à leurs occupations quotidiennes.
Shuilian avait suivi cet homme toute la journée, il ne semblait avoir ni travail, ni occupation particulière. Mais la ville semblait bien le connaître, il était poli et il rencontrait beaucoup de monde durant la journée. Tout Bao Xi semblait l'apprécier. Shuilian décida alors de l'approcher, mais avant même qu'il ai eu le temps de s'avancer, l'homme se retourna et lança « Tu vas continuer à me suivre encore combien de temps, étranger ? » Shuilian resta sans voix, tandis que l'homme faisait quelques pas vers lui.
-Quel est ton nom ? Dit-il d'un ton sec.
-Shuilian, lui répondit-il.
-Très bien, Shuilian, pourquoi me suis-tu comme ça depuis ce matin ?
Shuilian ne savait pas quoi répondre, car il ne savait pas lui-même pourquoi il le suivait. Puis, dans un souffle, il lui répondit :
-Je cherche du travail, ainsi qu'un endroit où dormir.
L'homme rit aux éclats.
-Et tu crois que je peux te donner du travail ? Loin de là étranger, mais je peux t’héberger pour cette nuit. Allez, suis-moi !
Ils parvinrent chez lui à la tombée de la nuit. Peu de temps après leur arrivée, ils mangèrent. Quand ils eurent terminé il faisait froid et c'était la nuit noire. L'homme s'approcha de Shuilian.
- Xeng, lui lâcha-t-il dans un souffle coupé. Puis, voyant le détachement de Shuilian, il reprit :
-Mon nom est Xeng, je vis à Bao Xi depuis ma naissance. Je n'ai pas de travail, mais les gens du village m'apprécient et m'aident à me nourrir, ils vont jusqu'à me loger sans même que je débourse la moindre somme. Mais moi je ne fais rien pour eux, je passe chaque jour les remercier comme je le peux, leur rendre service.
Il y eut un bref silence. On n'entendait que les complaintes du vent à travers les montagnes.
-Mais je voudrais encore faire plus pour eux. Je voudrais les protéger, mais je ne sais pas me battre, c'est bien là le problème.
Il tourna la tête vers Shuilian.
-Tu sais te battre, toi ? Reprit Xeng.
Shuilian acquiesça.
-Tu n'es pas très loquace, je me trompe ? Ma mère disait que les gens comme toi sont des hypersensibles. Ils gardent tout pour eux-même. On en reparlera demain matin. Je t'ai préparé un lit près de la fenêtre, repose-toi.

III Bao Xi...


Le lendemain, au village, tout le monde était au courant, un village aux abords de Bao Xi avait été ravagé par les bandits. Shuilian apprit qu'ils étaient menés par Guan, un ancien général à la retraite. D'après la rumeur, une seule victime leur aurait échappée. C'était bien son village dont tout le monde parlait.
Les rumeurs allaient bon train au sujet de Shuilian, et pour la plupart elle n'étaient pas fausses. Xeng savait que Shuilian était rescapé de ce village, il était plus malin qu'il n'y paraissait.
Il lui dit de penser à autre chose, qu'au fil du temps il oublieront d'où il venait, et que tout retournera à la normale.
Xeng tendit une banderole à Shuilian afin qu'il l'accroche au pourtour d'un balcon. Ce soir c'était la fête au village, tout le monde s’attelait à la tâche, certains décoraient leurs maisons tandis que d'autre s'occupaient de leur stand de jeu ou bien de nourriture. La scène principale était en place, elle devait accueillir une chanteuse aveugle très célèbre.
Le soir venu, tout Bao Xi était de sortie et s'amusait, le village normalement calme était sous le coup de bruits de foule assourdissants. Des villageois ivres traînaient par-ci par-là, rien d'anormal. Shuilian passait son temps devant la scène à écouter la douce voix de la chanteuse aveugle. Xeng, lui, préférait donner un coup de main au restaurateur des alentours. Au milieu de la nuit, la fête battait son plein, tout le monde riait et s'amusait, jusqu'au retentissement de la sirène de la garde. Un homme courut vers la scène principale et s’écria :
-Les bandits de Guan sont à nos portes, on sait de source sûre que certains d'entre eux sont déjà présents à la fête !!!
Sans attendre plus longtemps, des homme armés de la tête aux pieds surgirent de la foule et prirent des villageois en otage, l'un d'eux était monté sur la scène et avait glissé un couteau sous la gorge la Chanteuse aveugle.
Un homme à la longue barbe noire grisonnante sortit de l'ombre puis monta sur la scène principale. Il leva les bras bien haut et dit :
- Bonjour à vous, villageois de Bao Xi, restez calme, tout est sous contrôle. Mes hommes et moi-même avons envie de nous amuser ce soir, voyez-vous, nous avons très faim et la compagnie nous manque cruellement. Nous aimerions que vous nous laissiez partir avec toutes ces belles femmes que voici.
-Pas question ! S’éleva un voix dans la foule.
C'était celle de Xeng.
-Tu vas laisser ces gens tranquille !
-Ce n'était pas une requête mais plutôt un ordre, répondit Guan sèchement. Attrapez-moi ce trouble-fête !
Un cri s'éleva derrière Guan. Il reconnut la voix d'un de ses partenaires de boucherie, et à peine eut-il le temps de se retourner qu'un coup violent lui fut porté au ventre, ce qui le fit trébucher hors de la scène.
Shuilian se tenait là, debout sur la scène, le bandit dans une main, la chanteuse dans l'autre.
-Pour qui tu te prends, avorton, tu ne vois donc pas que..
-Ne dis plus un mot, le coupa Shuilian.
Il déposa le bandit assommé au sol et libéra la jeune fille aveugle.
-C'est toi qui a détruit mon village. C'est toi qui a tué mes amis, mes voisins, ma famille. Tu vas payer pour tous tes crimes, Guan.
-Et qui va m’arrêter ? Toi, peut-être ?! Provoqua Guan tout en se relevant. Allez tout le monde, attrapez-le !
Deux hommes s'avancèrent près de la scène principale, Shuilian bondit sur eux et les fit valser dans le décor grâce à une technique incertaine mais redoutable. Trois autres hommes s'approchèrent de lui en se concertant du regard. Shuilian avança lui aussi, l'un des homme brandit la lame vers l'épaule de son adversaire, mais une légère tape sur le revers de celle-ci fit perdre l'équilibre au hors-la-loi. Il en profita aussi pour bondir sur l'épaule du bandit le plus proche, prendre appui derrière la tête de l'autre et se propulser derrière Guan. Ce fut évidemment trop rapide pour lui et Shuilian l’assomma.

IV Une protection...


Guan reprit ses esprits peu de temps après. Il se trouvait sur la scène, tête au plancher, les mains liées dans son dos et les pieds attachés ensemble. À ses côtés se tenait le jeune homme qui lui avait tenu tête durant son discours. Un peu en arrière, il y avait Shuilian en train de murmurer des mots apaisants à l'oreille de la Chanteuse Aveugle.
Xeng était en train de tenir un discours aux habitants du village, Guan prit la discussion en cours de route.
- ... Responsable de plusieurs faits odieux, viols, meurtres, et plus récemment encore, le pillage d'un village voisin. Nul doute que les hommes qui étaient à nos portes ont pris la fuite. Mais ils ne s'arrêteront pas là, ils reviendront, encore et encore jusqu'à ce qu'ils aient libéré leur chef de meute.
À voir la grande surprise des villageois de Bao Xi, Xeng comprenait que Guan s'était réveillé, et il reprit.
- Vous avez besoin d'une protection, d'une épaule forte sur laquelle vous pouvez vous appuyer. Cette épaule, c'est nous, Shuilian et moi.
À ces mots, Shuilian leva la tête, il aida la jeune aveugle à se relever puis prit place auprès de Xeng.
- Vous avez pu le constater par vous-même, cette homme seul peut repousser l'attaque d'un puissant général à la retraite. Bao Xi est désormais sous la protection de notre organisation... L'organisation de... Hum... Bafouilla Xeng.
Il se tourna vers Shuilian et dit :
- Quel était le nom de ton village ?
- Lianhua, répondit celui-ci.
Xeng eut un sourire en coin et se tourna de nouveau vers la foule.
-Bao Xi est sous la protection de l'organisation Lianhua !
La foule exalta, tout le monde était heureux, heureux que les festivités reprennent, et heureux de pouvoir compter sur un homme puissant pour les protéger. Shuilian découvrit en Xeng un homme généreux et réfléchi, un fin stratège ainsi qu'un homme plein de charisme, à eux deux ils décideraient de leur histoire.
Shuilian était heureux, son village allait bientôt retrouver son honneur passé. Et Bao Xi qui, à l'instant, était devenu muet sous la peur, redevint un village joyeux.

V Lianhua...

Quelques jours passèrent lorsqu'un homme envoyé par la Cour Impériale elle-même alla chercher Xeng et Shuilian afin de les présenter à l'empereur. Celui-ci avait eu vent de l'histoire qui s'était produite, et dont son ancien général était responsable. Il voulait rencontrer les héros de Bao Xi.
La rencontre fut brève, mais directe. Après les formules de bienvenue, Shuilian fut escorté au dôjo du palais où l'empereur lui avait préparé un petit test : Un combat contre quelques adeptes du dôjo.
Shuilian assomma sans trop de mal ses adversaires préalablement choisis par l'empereur.
Xeng, quant à lui, expliquait plus précisément aux scribes de l'empereur ce qu'il s'était passé à Bao Xi.
Le soir venu, Shuilian et Xeng eurent le privilège de dîner à la table de l'empereur. Ils étaient tout deux assis à la droite et à la gauche de l'empereur. La table était immense, elle pouvait accueillir plus de deux cent personnes, et pourtant, ils n'étaient que vingt à en profiter.
Plus tard dans la soirée l'empereur fit une proposition à Xeng et Shuilian. Ayant été très impressionné par l'éloquence de Xeng, et par l'habilité au combat de Shuilian, il leur proposa de faire partie d'un projet d'école d'arts martiaux pour les jeunes ayant un talent particulier dès leur plus jeune âge. Shuilian leur apprendrait à se défendre et Xeng à user de diplomatie. Ils furent tout deux très enthousiastes et acceptèrent sans réfléchir davantage.
Il fallut attendre deux mois avant que le projet n'aboutisse, et sur demande explicite de Xeng, le projet de défense de l'empire par le biais d'une école d'arts martiaux serait au même titre que les guildes mercenaires qui étaient nombreuses en Chine. Bien entendu le nom de cette guilde serait « La Guilde Lianhua ».
Des années s'écoulèrent, où Shuilian devait chaque année enseigner l'art du combat aux jeunes talents qui se présentaient à lui. Les jeunes alternaient leurs semaines, où ils devaient chaque jour suivre les enseignements de Xeng, puis de Shuilian.
Au fil du temps, certains d'entre eux excellèrent dans leur propre domaine et eurent le privilège d'enseigner à leur tour aux jeunes élèves.
Plus les années passèrent, plus Lianhua prenait de l'ampleur, toute la Chine en avait entendu parler. Lianhua tenait une réputation de guilde sans défaut, et se portait toujours volontaire lorsqu'il s'agissait de repousser des invasions de pays voisins. Elle était crainte de tous, et au final, Lianhua passa de l'arme de défense, à l'arme de dissuasion.
Certains des jeunes talents étaient plus prometteurs que d'autres. Ce fut le cas de la jeune Yswa, ainsi que celui du discret Sedo et du provocateur Fen.
Shuilian pris sous son aile Yswa et Fen, qui étaient tout deux prédestinés à combattre. Un peu plus réfléchi, Sedo fut placé sous la tutelle de Xeng.
Ils suivirent des cours particuliers de combat et de diplomatie chacun à leur rythme.

VI. Dix ans seulement...



Dix ans plus tard, l'Empereur, vieux et malade, décéda. Yswa, Sedo et Fen étaient de jeunes gens qui joueraient un rôle important pour l'avenir de Lianhua. Mais c'était sans compter sur les proches de l'ancien souverain, qui tentèrent de s'accaparer le trône. Les frères de l'empereur se disputaient le trône à coup de guerre civile, et Lianhua décida d'intervenir. Mais la corruption avait atteint le cœur de la guilde...
Bientôt tous furent dépassés par les événements, Shuilian et Xeng y compris.
Une nuit alors que Fen allait demander conseil à son maître, il s’aperçut que celui-ci n'était plus là, il s'était volatilisé. Alors que Fen s'en allait alerter Yswa, Sedo sortit en trombe de la chambre de Xeng, son maître.
-Maître Xeng a disparu ! S'écria-t-il.
Les deux partenaires éternels avaient disparu dans la nature sans laisser de traces.
Au fil des années, Lianhua tomba en ruine, plus personne ne s'en préoccupait. La Chine se remettait peu à peu sur pied, après le mauvais souvenir des guerres pour le trône.
Yswa, disciple direct de Shuilian et Xeng, accompagnée par ses compagnons Sedo, jeune stratège, ainsi que de Fen, monstre de guerre, reprirent le flambeau de leurs maîtres afin d'honorer leur mémoire et de redorer le blason terni par la guerre civile de Lianhua.

Nul ne sait ce qui est advenu des partenaires éternels, certains disent qu'ils seraient morts au combat pour défendre la Cour Impériale, d'autres qu'ils auraient été capturés puis torturés jusqu'à ce que la mort les empêche de prononcer un mot.
Mais à Lianhua, on aime à croire qu'ils auraient réussi a trouver un peu de cette paix, que tout le monde recherche, mais que si peu d'entre nous trouvent...

Histoire créée par Nibelheim ©
Mes remerciements à Lin Yao pour son aide.

______________________


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

"Nous sommes un groupe soudé par le seul et unique but qui est la réalisation du bonheur de chacun"

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
  
 

 Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum de la Guilde Lianhua :: Recrutement ! :: Candidatures en cours-